Les bars à chicha sont à la mode depuis quelques années. Et pourtant, la consommation du narguilé est bien plus dangereuse que celle de la cigarette, aux dires des spécialistes en la matière.

Ainsi se présente la fameuse chicha (Ph. Internet)

La chicha (ou le narguilé) devient de plus en plus visible dans les coins de rues et les grins de la capitale malienne. Les jeunes la consomment aujourd’hui plus que tout, sans être vraiment conscients de ses effets néfastes sur leur santé.
 
Appréciée par la plupart des jeunes de Bamako, la chicha est une pipe à eau diluée pour fumer du tabac, sous forme de ‘’tabamel’’, un mélange comportant un liquide noir très épais et visqueux additionné d’arôme qui se consume avec du charbon. Par métonymie, la chicha désigne aussi le tabac que contient cet instrument.
Ainsi, dans les quartiers, les jeunes se réunissent autour du narguilé qui, selon eux, aide à faire passer le temps. Mais, ce qu’ils ignorent pour la plupart, c’est que ce passe-temps est facteur de plusieurs maladies. Pour Harouna Diabaté, médecin à la clinique Medic_Plus, ‘’la chicha nuit gravement à la santé ; elle peut provoquer l’asthme, le diabète, le cancer, etc… Un consommateur de chicha peut inhaler 125 fois plus de fumée que celui qui fume la cigarette. Elle est très fatale pour le système cardio-vasculaire et peut aussi être cause d’accident vasculaire cérébral (AVC)’’.
Pour certains jeunes, la fumée de la chicha est beaucoup plus légère que celle de la cigarette et toujours selon eux, elle n’a pas de grave conséquence sur la santé. En témoigne ces propos de K.T., un jeune étudiant à la Faculté des Sciences économiques et de Gestion (24 ans environ) : ‘’Quand on fume de la chicha, la fumée est non seulement fraîche, mais elle est aussi légère et fine. Elle a une bonne odeur et ça fait se sentir vivant’’ , dit-il, avant d’ajouter : ‘’Je ne vois en aucun cas comment est-ce qu’elle peut être nuisible pour la santé, avec une fumée si douxe’’. Il précise que sa consommation n’est pas régulière : ‘’Dans la semaine, je peux consommer de la chicha quatre jours sur sept, mais le hic est que je peux jamais voir une chicha sans la fumer’’. Ces derniers propos posent justement la question de la dépendance psychologique que provoque le narguilé chez les consommateurs, comme dans le cas de la drogue, de l’alcool ou de la cigarette dans une moindre mesure.
Un autre jeune à Kalaban Coura affirme savoir que la chicha est nuisible à la santé : ‘’Je suis conscient des effets que le narguilé a sur la santé, mais hélas que faire, je suis déjà accro à la chicha. Je ne peux pas faire une journée sans en fumer’’.
Comme ce jeune, bon nombre de personnes sont conscientes des inconvénients que la chicha a sur la santé, mais ils ne peuvent s’empêcher de la fumer.

Il est important et même urgent que des campagnes de sensibilisation sur la chicha soient organisées à Bamako, car il s’agit de la vie de la jeunesse, l’avenir du pays. Ne dit-on pas qu’il vaut mieux guérir que prévenir ?  En attendant, qu’il soit entendu que fumer de la chicha est un véritable plaisir dangereux !

Rappelons qu’en juillet 2020, les autorités municipales de la commune IV du District de Bamako ont décidé de prendre le taureau par les cornes en interdisant formellement la consommation du Tramadol et de la chicha sur leur territoire. Une décision à saluer qui mérite d’être amplifiée.

Junior SYT