Le lundi 07 septembre 2020, plusieurs centaines d’élèves sont sortis pour dire aux autorités maliennes qu’ils ne veulent pas d’année blanche !

Les élèves ne veulent pas d’année blanche, mais les  »trente-neuvards » disent qu’ils se moquent de la couleur de l’année !

En effet, ceux qui avaient pensé que la chute du président Ibrahim Boubacar Kéita pourrait décrisper la lourde atmosphère de l’école malienne doivent revenir de leurs illusions. Les enseignants du fameux Article 39 n’en démordent pas. Ils sont trop bons citoyens pour faire comme tous ces syndicats qui ont accepté de surseoir à leurs mots d’ordre de grève en attendant l’installation du gouvernement de transition. Ils sont trop bons citoyens pour penser à la vie scolaire de ces enfants de l’école publique sevrés des cours depuis plusieurs mois. Ils sont trop bons citoyens pour comprendre la douleur des parents angoissés face à la menace d’une année blanche, surtout les parents qui payent cher des écoles privées pour leurs enfants. Non, les enseignants grévistes sont trop bons citoyens pour réfléchir à la situation critique que traverse le Mali aujourd’hui.

Les enfants ont donc voulu prendre leurs responsabilités dans un pays où les parents d’élèves ne jouent pas leur rôle avec conscience. Dans un pays où une certaine association des élèves et étudiants a disparu du théâtre du vrai combat, du meilleur des combats, sans relents politiques.

Espérons que le cri de coeur des enfants sera entendu.

Shalom Benallah