L’art urbain est un mouvement artistique contemporain regroupant diverses formes d’expression réalisées dans la rue ou dans un espace public, à travers des techniques variées comme le graffiti rapide sur un mur, le sticker, les installations, etc. L’histoire de l’art urbain date des années 60. En France, par exemple, les premières fresques datent de 1963 avec Gérard Zlotykamien. Aux États-Unis, tout semble avoir commencé avec des artistes comme Cornbread, Taki 183 et bien d’autres…
A l’occasion de la dernière Assemblée de Art Collaboratory* en Ouganda, nous avons rencontré un jeune artiste urbain, considéré aujourd’hui comme un des porte-flambeaux de l’art urbain en Afrique. Nous lui avons donné la parole.

Sparrow évoquant ses défis à l’occasion d’un carrefour d’échanges pendant les activités publiques d’AC à l’Assemblée de Kampala en Ougand

Je suis Sparrow Uganda, également connu sous le nom de lubega Peter. J’ai 25 ans et suis originaire de Kampala, en Ouganda. Militant de l’art urbain-hip-hop, je suis l’initiateur du festival africain de l’art urbain.
Je pratique la culture hip-hop qui comprend l’art du graffiti, le breakdance et d’autres éléments que je pratique depuis déjà dix ans. J’ai choisi cette culture parce que je crois qu’elle représente qui je suis aujourd’hui. D’autre part, j’aimais beaucoup les éléments de cette culture et j’étais surtout séduit par la manière de s’exprimer à travers la culture hip-hop.
Je travaille depuis 2011 et je crois que cela a changé le monde. L’art du graffiti a été capable de transformer les communautés par la beauté et de parler pour les sans-voix, à travers des messages qui soulèvent des questions liées à la société d’aujourd’hui : la paix, la corruption, la liberté… Tout cela est peint dans des espaces publics pour apporter inviter chacun à une prise de conscience positive.
Nous voulons envoyer beaucoup de messages au monde, car en tant qu’artistes, nous croyons être les intermédiaires entre le peuple et l’autorité ou les dirigeants. Nous aimons voir nos communautés, nos villes et le monde grandir de manière positive. Nous voulons, par notre art, contribuer à la paix, à la liberté, à l’autonomisation des femmes, à l’amour et à bien d’autres valeurs positives. Nous voulons aussi grâce à l’art, lutter contre la corruption et les régimes dictatoriaux.

Une œuvre signée Sparrow

Pour ce qui est de mes projets futurs, je souhaite étendre l’art urbain à l’Afrique entière et voir toutes les disciplines de cet art être appréciées et mises en valeur avec la reconnaissance des artistes qui le pratiquent.

Concernant ceux qui viendront après moi, je n’ai pas peur qu’ils se trompent de messages ou de combat car, je suis sûr qu’ils seront même meilleurs s’ils se lancent des défis.

Arts Collaboratory* : Réseau de vingt-cinq différentes organisations artistiques de l’Asie, du Moyen-Orient, de l’Afrique, de l’Amérique latine et d’Europe.

MINGA S. Siddick