Depuis quelque temps, on observe en Côte d’Ivoire un véritable foisonnement d’initiatives culturelles notamment autour du livre. Parmi les promoteurs de ces initiatives qui semblent toutes vouloir redonner leur noblesse aux Belles Lettres, on peut citer Yves Arsène KOUAKOU.
Editeur, auteur et président d’’association et promoteur culturel, Monsieur Kouakou est un véritable activiste littéraire qui ne recule devant aucune occasion d’animer la scène littéraire ivoirienne. Il est l’initiateur d’un festival littéraire dénommé le MILA, le Meeting International du Livre et des Arts associés (MILA) dont la deuxième édition est prévue pour la période du 05 au 08 décembre prochain. Pour en savoir un peu plus sur cet événement, nous l’avons approché pour lui poser quelques questions. Lisez plutôt !

received_1718924388219370_1539182058428.jpeg
Ph. Imgpv/M. Yves Arsène Kouakou, le promoteur du MILA

M. Kouakou, présentez votre festival à nos lecteurs.
Le Meeting International du Livre et des Arts associés (MILA) est un évènement né en 2017 à Abidjan en Côte d’Ivoire. Il vise à créer un espace de rencontre et de promotion entre les jeunes auteurs et artistes de la côte d’’Ivoire et ceux d’’ailleurs.

En quoi un tel événement est-il important dans la société actuelle où l’on constate de plus en plus la culture du laxisme dans les écrits ?
Les Ivoiriens lisent de moins en moins et ce genre d’’évènement est organisé justement dans la perspective de susciter et d’encourager la création littéraire. Certes le pari est loin d’’être gagné, mais à chaque édition nous arrivons à avancer d’’un pas.

Est-ce facile d’organiser un festival littéraire en Côte d’Ivoire ? Qui finance ce festival ?
Non, organiser un festival littéraire est très pénible en Côte d’Ivoire. L’’absence de partenaires et d’’espaces sont les pesanteurs auxquelles nous sommes soumis à chaque évènement. Pour ce festival, nous l’’organisons sur fonds propres.

 Il existe de plus de plus de festivals ici et là. Le MILA n’est-il donc pas de trop ? Sinon, quels sont vos rapports avec les autres organisateurs de festivals ou rencontres littéraires ?
Non, le MILA n’’est pas un évènement de trop puisqu’’Abidjan ne compte qu’’un seul grand évènement littéraire à savoir le Salon International du Livre d’’Abidjan (SILA) et puis, la moisson littéraire est si abondante qu’’il faut assez de festivals pour combler ce champ. Pour ce qui concerne mes rapports avec les autres organisateurs, les choses se passent très bien. Nous avançons ensemble.

À quoi le public doit-il s’attendre de particulier lors de cette édition du festival ?
Cette année le MILA aura une programmation bien étoffée. En plus des expositions, nous aurons des projections de films, des espaces de lecture baptisés Air Livres ; des séances de contes et de découvertes pour les enfants (MILA Baby) et la remise de plusieurs prix littéraires et culturels.

 Qu’est-ce qui justifie votre passion pour la littérature ?
La littérature m’’a beaucoup apporté dans ma vie. Il y a juste quinze ans en arrière, je n’’étais pas aussi brillant qu’’aujourd’’hui. Mais ma rencontre avec le livre et l’’écriture m’’a permis de connaître ma personnalité, d’’activer mon esprit critique et surtout de rêver grand. J’’essaie donc de communiquer ces bienfaits autour de moi à travers mes initiatives.

Avez-vous d’autres projets en vue, à moyen ou long terme ?
Oui, j’’ai encore la tête pleine de projets à côté du MILA. Mais j’’en parlerai le moment venu.

Sentez-vous la société ivoirienne prête à devenir un jour une société d’hommes et de femmes pour qui le livre compte ?
Oui, je crois que le livre a de beaux jours devant lui, au coeur de la société ivoirienne. Le contexte sociopolitique du pays fait que de plus en plus d’’Ivoiriens cherchent à s’’informer, à lire. Il y a quelques années les évènements littéraires n’’attiraient pas grand public, mais aujourd’’hui le Salon international du Livre d’Abidjan attire plus de 150.000 visiteurs. Donc, il y a de l’’espoir pour l’’avenir.

Quel message avez-vous à lancer pour terminer ?
Je voudrais remercier Rue223.com qui fait beaucoup pour la littérature africaine. A tous les amoureux du livre, je vous invite à visiter le MILA 2018 qui aura lieu du 05 au 08 décembre prochain à Abidjan.

Entretien réalisé par Crépy Koni,
Correspondant Rue223.com (Abidjan)