Nadège_Rue223
Ph. Zoulkalleyni DOURFAYE, 2013/Nadège dans le rôle d’une menuisière

Bonjour ma petite Nadège
Calme, sagesse, douceur, bonté
Sacré ce court florilège
De mots-fleurs fort enchantés
qui clairement te subliment
et qui forcément m’animent
Oui donnent vie à mon âme
parce qu’ils sont la flamme
Qui, à chaque pensée, me lèche le coeur
Qui à chaque écueil estompe ma douleur…

Voici quatre ans que le silence
De ton absence a refroidi mon existence,
Quatre ans que la distance de ta présence
A totalement engourdi ma conscience,
Quatre ans que la danse de mon coeur en transe
Me raconte en saccade l’essence de ta patience
Au coeur des turbulences, ton endurance.
Qui marque la cadence de ma lente résilience.

Ô toi, fille éclairée, Wohylé Nadège,
Que l’éternité de ton immuable sérénité
Illumine et renforce mon humanité,
Que toujours ton souvenir me protège !

MINGA S. Siddick
(26 juin 2018)