Ici, en Afrique, depuis on ne peut dire exactement combien d’années, d’étranges coïncidences macabres animent et agitent nos vies. Les disparitions d’enfants (même si ce n’est pas toujours les enfants qui disparaissent) qui sont souvent retrouvés mutilés, les restes des corps étant abandonnés quelque part dans la nature, dès que pointent leur nez à l’horizon, les élections. Qu’elles soient présidentielles, sénatoriales, législatives, régionales ou municipales, chez nous, élections semblent rimer avec disparitions d’êtres humains ! Bien évidemment, des crimes rituels n’ayant rien à voir avec la politique existent. Mais nous parlons de ceux qui se multiplient à l’approche des élections et qui, à nos yeux justifieraient l’impunité de tous les autres crimes rituels ! Ces crimes des veilles d’élections, tout le monde sait de quoi il s’agit.

Tout le monde le sait au point où on entend même souvent des parents dire à leurs enfants : « Ne vous éloignez pas trop de la maison, les élections approchent ! Et faites attention à toute personne qui vous proposerait des bonbons ou d’autres friandises pour vous envoyer quelque part… » Puis les élections se déroulent. Quand des parents qui ont perdu l’un des leurs restent inconsolables, même si des responsables politiques peuvent passer leur remettre des millions de nos francs, pour, disent-ils, sécher leurs larmes. Des voix se sont toujours fait entendre pour critiquer, fustiger, condamner les auteurs de ces crimes abjects qui ont toujours porté ce nom de ‘’crimes rituels’’.

maliactu.net
Ph. Internet (maliactu.net)_La petite albinos de Fana

Tout le monde sait aussi que ces crimes ont des auteurs et des commanditaires. Que ces commanditaires sont des personnes influentes qui, tapies dans l’ombre de leur pouvoir, veulent soit renforcer ce pouvoir, soit conquérir de nouveaux titres pour étendre le champ de ce pouvoir. Que les auteurs, des personnes viles avides d’argent, sans repères ni moral ni spirituel, sont de simples exécutants qui agissent par procuration.

Tout le monde sait que les enquêtes annoncées sont de la poudre aux yeux des citoyens pour donner l’impression que la justice existe et peut sévir et que, même si certains auteurs peuvent être interpellés et incarcérés (juste le temps d’endormir la conscience des parents des victimes), jamais les commanditaires ne peuvent répondre de leurs actes innommables !

Comment pouvait-il en être autrement ? Qui peut s’interpeller lui-même, se mettre en prison lui-même et se traduire lui-même en justice ? Qui peut se livrer lui-même à la vindicte populaire ? Personne ! Parce que ces personnes qui envoient des énergumènes décapiter des enfants (albinos ou pas), prélever des parties du corps d’un enfant ou son sang, ces personnes qui font enlever des folles pour les violer et parfois les tuer, ces personnes-là, sont celles qui nous demandent de leur faire confiance pour notre sécurité. Ce sont elles qui nous disent de voter pour elles parce qu’elles vont transformer notre galère en chaumière. Ce sont elles qui nous demandent de leur donner nos voix pour éclairer nos voies. Ce sont ces mêmes qui promettent de condamner les auteurs des sacrifices humains pour en finir avec les crimes rituels. Ce sont les mêmes qui font tuer qui nous gouvernent et qui votent en parodie des lois qui ne sont que les reflets de leur mauvaise foi. Ce sont ces mêmes que nous acclamons ou que, si nous ne les avons pas choisis, nous acceptons par stoïcisme.

crimes rituels
Ph. Internet (Togo en marche)/Une jeune femme trouvée couchée dans une mer de sang au Togo…

Et comment voulons-nous que ces personnes qui viennent au pouvoir avec du sang sur les mains ne gouvernent pas par le sang ?! Comment peuvent-elles mettre fin à des pratiques dont elles auront encore besoin quand la barque de leur pouvoir va se mettre à tanguer sur les vagues de la colère populaire ?

NON. Ces hommes politiques ne changeront pas. C’est nous qui devons changer notre façon de les considérer. Notre stoïcisme est à remettre en question si la société doit toujours être le jouet de dirigeants inconscients qui vivent du sang de nos proches. Si c’est la force conférée par le sang d’un jeune, albinos ou pas, qui doit nous gouverner dans la peur, sans jamais trouver la moindre réponse aux drames de notre quotidien. Mêmes si ces indignes sacrificateurs déversaient des torrents de millions sur nos têtes, méritent-ils notre admiration ? Méritent-ils notre soutien ? Méritent-ils notre respect ? NON.

Les crimes rituels sont donc des crimes habituels. On les prévoit, on les subit, on les dépasse et on les attend. Le moment venu, on s’émeut, on s’indigne, on se fâche puis, au fil des jours, on se tait, on oublie. On va voter.

Et si les populations se concertaient et refusaient d’aller voter pour certains hommes politiques parce que ce sont des vampires qui se nourrissent du sang d’innocents qui s’en vont sans même savoir pourquoi ils meurent, ni si leur mort va changer la vie des leurs ! Faut-il que chacun attende que le tour du sacrifice atteigne sa famille pour réagir ? Et jusqu’où peuvent aller des réactions localisées auxquelles tout le monde n’adhère pas ? Un enfant appartient-il seulement à sa famille, à sa ville de naissance ou au pays tout entier ? Ne devrions-nous pas réapprendre à être solidaires ?

Je crois sincèrement que nous devons interroger notre relation avec certains hommes politiques pour savoir si nous devons les suivre bêtement ou les poursuivre légalement !

MINGA S. Siddick