Voici une information sur le cerveau des enfants et comment ils apprennent à lire, lue pour vous sur futura-sciences.com (un article de Marie Céline Ray).

cerveau_01
Ph. Internet (voicesofyouth)

À l’occasion de la semaine du cerveau, apprenons-en un peu plus sur ce qui se passe dans la tête des enfants en plein apprentissage de la lecture… Des chercheurs ont étudié comment une zone du cerveau servant à la reconnaissance des mots se développe à ce moment crucial de leur scolarité.

La classe de CP est marquée par une étape importante dans la vie scolaire et intellectuelle des enfants : c’est le moment où ils apprennent à lire. Mais comment le cerveau des enfants s’adapte-t-il pour acquérir cette nouvelle compétence ? Pour le savoir, des scientifiques de l’institut Neurospin, dirigé par Stanislas Dehaene, ont suivi pendant une année scolaire dix enfants de CP. Tous les deux mois, les enfants sont venus à l’institut pour un test. Ils devaient regarder des images, des visages, des mots, des lettres, et appuyer sur un bouton le plus vite possible lorsqu’ils voyaient un personnage, dénommé Charlie. En même temps, une IRM fonctionnelle était réalisée.
Chaque catégorie d’image (objets, visages…) active une région particulière du cerveau. À partir de fin novembre, les chercheurs ont observé chez certains enfants qu’une région qu’ils appellent dans un communiqué la « boîte aux lettres » était plus souvent activée pour la reconnaissance des mots que des images. Pour d’autres enfants, cela prenait plus de temps et dépendait de leurs performances de lecture.

L’apprentissage de la lecture utilise la plasticité du cerveau des enfants
À la fin du CE1, quand la lecture était bien acquise, seules deux régions du cerveau étaient activées par les mots : la « boîte aux lettres », dans l’hémisphère gauche, qui reconnaît les lettres, et une région servant à la conversion des lettres en sons, située dans les régions temporales.
Les chercheurs se sont aussi demandé à quoi servaient ces régions cérébrales avant que les enfants apprennent à lire. En fait, la nouvelle « boîte aux lettres » apparaît dans une région qui était peu spécialisée auparavant. Mais le développement des fonctions liées à la lecture dans l’hémisphère gauche entre en concurrence avec celui de la région qui répond aux visages dans cet hémisphère ; dans l’hémisphère droit, cette compétition entre le développement des zones n’existait pas. Ces résultats parus dans Plos Biology montrent donc que l’apprentissage de la lecture augmente l’asymétrie entre les deux hémisphères cérébraux.

Voici des travaux sur lesquels nos chercheurs africains devraient se pencher. Cela ne nous aiderait-il pas à comprendre nos enfants et à mieux les orienter dans leur vie ?

Une sélection de Koudédia Sidibé