P1060176
Ph. Mamadou Ouattara/rue223.com

Il fut un temps où chaque quartier de Bamako avait un dépotoir. Les populations pouvaient facilement se débarrasser de leurs ordures quotidiennes.
Aujourd’hui, il n’y a presque plus de dépotoir officiel. Ces maires ont vendu chaque bout de terrain d’un quartier à un autre, juste pour se remplir les poches et ont relégué au second plan l’épineuse question des dépotoirs. Les populations se retrouvent alors encombrées par leurs ordures, n’ayant nulle part où les déverser. Alors, elles sont obligées de s’en débarrasser n’importe où.
La ville de Bamako est très sale. Les ordures, en plus de leurs odeurs nauséabondes, favorisent de nombreuses pathologies. Cette insalubrité est un véritable fléau pour la santé publique aussi bien que pour l’image du pays. Pour y remédier l’Etat ou les maires des communes doivent trouver un dépotoir pour chaque quartier.
La préservation de la santé de la population leur incombe. Le Mali est compté parmi les pays les plus sales de la sous-région et cela n’est pas du tout à notre avantage. Il faut mettre fin à cette insalubrité. Soyons de bons citoyens et bâtissons notre pays. Nous pouvons le faire et nous devons le faire !

Koudédia Sidibé