On dit souvent que c’est dans le malheur que l’on reconnaît ses vrais amis. Les conjonctures de la vie ne nous laissent-elles pas croire que ceux qui, les jours heureux, tournent autour de nous, nous témoignant leur affection et leur respect, nous abandonnent quand les difficultés financières surgissent ? C’est certainement pour cette raison que Conficus disait : « Il n’y a pas d’amis, il n’y a que des moments d’amitié.»

Auteur Andy Djédjé
Ph. Imgpv/L’auteur Andy Djédjé

Monsieur Okou était un homme financièrement stable, jusqu’à ce qu’une maladie sans origine l’emporte sous terre. Laissant derrière lui une femme et deux garçonnets. Comme un malheur n’arrive jamais seul, commencent alors les problèmes : la maladie de la mère l’obligeant à abandonner son travail, son fils aîné qui perd la vie subitement, un inconnu qui s’accapare de l’héritage de la famille… Saïd, resté seul avec sa mère, sans soutien, devra affronter les affres de la vie en passant par la guerre post-électorale qui éclate dans son pays et l’abandon des études. Pire, il va vivre la vie d’enfant de la rue. Connaîtra-t-il le bonheur ?

Tambours battants, à la porte du désespoir un est un roman de 113 pages écrit dans un style simple et accessible à tous, qui tout au long des lignes, nous fait parcourir la belle Côte d’ivoire. L’auteur, à travers ce voyage, ne manque pas d’interpeller l’Etat sur des insuffisances de la gouvernance ou des travers sociaux récurrents comme les grossesses en milieu scolaire.

Andy Djédjé nous offre, avec ce livre, un véritable répertoire de leçons de la vie, mais aussi et surtout, un long voyage introspectif dans les profondeurs de notre être. C’est à féliciter !

Crépin Kony
Correspondant Rue223
Abidjan