Ph. Ed. GNK/L’auteur John Dean Bonoua Kodjo

Pour une Afrique ne cesse de se lamenter sur son sort depuis belle lurette, l’année 2020 semble être celle de tous les espoirs. Il n’y a qu’à compter le nombre de pays africains qui parlent d’émergence à l’horizon… 2020 ! Pourtant les esprits et les réalités socio-économiques et politiques semblent être toujours les mêmes. Les guerres persistent, le chômage aussi, sans oublier le grand phénomène de l’immigration clandestine qui s’accroit, à la même vitesse que l’insécurité. Et puis, quand les détournements de fond et la corruption sont les identifiants des dirigeants, peut-on vraiment parler de développement ?

Le développement tant convoité par l’Afrique ne serait-elle pas un leurre quand depuis les années 1960, malgré les indépendances de nombreux pays africains, ceux-ci demeurent toujours sous le joug du colonisateur qui domine toujours, même dans le règlement de nos conflits propres conflits internes ? Ne serions-nous pas plus indépendants que nous ne le croyons ? N’est-ce pas une forme d’enveloppement dans laquelle les états africains seraient ? Comment sortir de cette enveloppe ? Quelle est la part de responsabilité de l’Afrique dans cet enveloppement ? Que de questions !

A travers ce genre littéraire courageux qu’est l’essai, dans un langage soutenu, à la fois philosophique et poétique, John Dean Bonoua Kodjo, montre la voie à emprunter pour sortir de l’enveloppement et parvenir au véritable développement. Ce sont des stratégies visionnaires, parfois choquantes, qui foisonnent dans cet essai de 191 pages.

On peut dire que le livre de notre compatriote John est un vrai miroir géant qui se promène allègrement à travers les sociétés africaines. Bravo l’artiste !

Crépy Kony
Correspondant Rue223
Abidjan