La protection et la conservation des ressources naturelles et de l’environnement ont toujours constitué une priorité majeure pour le Mali qui présente des écosystèmes majoritairement sahéliens, fragiles à tendance fortement désertique. D’ailleurs, le Mali l’affirme dans le préambule de sa Constitution : « Le peuple souverain du Mali s’engage à assurer l’amélioration de la qualité de la vie, la protection de l’environnement et du patrimoine culturel. »  Ce souci constant de la recherche du mieux-être de la population oblige à s’intéresser à un domaine aussi varié et diversifié que l’environnement. Des questions cruciales comme la disponibilité de l’eau potable au Mali, la valorisation et les perspectives pour l’élaboration d’un texte législatif pour la sécurisation et la protection de l’environnement, les problématiques concernant le reboisement et  le droit du contrôle de la  pollution de l’eau, l’ensablement du fleuve Niger, l’avancée spectaculaire du désert, la perte de la diversité biologique, la sécurité alimentaire, tout cela nous interpelle tous et doit nous conduire à une prise de conscience collective.
Une jeune malienne de 25 ans, résidant en Chine pour études est de’autant plus conscient de cette problématique environnementale qu’elle a créé une association dénommée Apem (Association pour la Protection de l’Environnement au Mali). Depuis la Chine, elle a accordé à Mali Ondes et Rue223.com, cette interview qui révèle ses intentions et ses objectifs.

Mali Ondes & Rue223 : Pouvez-vous, vous présentez à nos lecteurs ?

Houssinatou Nango : Je m’appelle Houssinatou Nango. Malienne, je suis de la région de Mopti et précisément du cercle de Bandiagara, où je suis née en 1992.

Mali Ondes & Rue223 : Pouvez-vous revenir pour nos lecteurs sur votre parcours universitaire ?

Houssinatou Nango: J’ai  eu mon bac au Lycée de Bandiagara en 2009, avant d’entrer à la faculté de Droit de Bamako Usjpb d’où je suis sortie avec mon diplôme en droit public, comme major de ma promotion, avec mention très bien, en 2014. En Septembre 2015, je suis venue en Chine pour mes études de masters en LLM (le droit du contrôle de la pollution de l’eau).

Mali Ondes & Rue223 : Avez-vous mené des activités en dehors de votre cursus universitaire ?

Houssinatou Nango : Oui bien sûr que j’ai mené des activités en dehors de mes études. J’ai été membre de plusieurs associations, vice-présidente de l’association des juristes en herbe, trésorière générale de la fédération des étudiants et stagiaires maliens en République populaire de Chine, ambassadrice des étudiants étrangers à l’université Jiaotong de Xi’an (Chine) et présidente d’une association dénommée Association pour la Protection de l’Environnement au Mali/Apem. Cette association a été créée le 08 mars 2015, avec son siège social à Bandiagara.

Mali Ondes & Rue223 : Comment est venue l’idée de créer une association pour la protection de l’environnement ?

Houssinatou Nango : Au fait, l’idée m’est venue après avoir été membre du Club Unesco qui avait organisé un camp chantier de reboisement dont la 9e édition s’est tenue à Bandiagara  en 2009. Ce camp chantier avait été parrainé par Ousmane Sy, ancien   ministre de la Décentralisation et de la Ville. J’étais alors en 11e année. Un an plus tard, j’ai participé à la 10e édition qui s’est tenue à Niafunké en 2010 et Soumaïla Cissé était le parrain. Après ces différentes activités, je me suis beaucoup intéressée au droit de l’environnement quand je faisais la quatrième année à la faculté de droit public. Voilà comment ma jumelle Hassinatou Nango et moi avons eu l’idée de créer cette association dénommée Association pour la Protection de l’Environnent au Mali/Apem.

Mali Ondes & Rue223 : Avez-vous contacté un partenaire œuvrant dans le domaine ?

Houssinatou Nango : Au fait, l’association n’a contacter aucun partenaire pour le moment.  Mais nous voudrions bien avoir un partenariat avec le Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable. Mais aussi avec d’autres associations ouvrant dans le domaine de la protection de l’environnement au Mali et d’ailleurs.

 Mali Ondes & Rue223 : Vous avez effectué quelques activités ?

Houssinatou Nango : Pour le moment, non. Mais nous comptons effectuer des activités dans les jours à venir.

Mali Ondes & Rue223 : Quels sont vos objectifs ?

Houssinatou Nango : L’Association pour la Protection de l’Environnement au Mali/Apem, a pour objet général : Contribuer au renforcement du dialogue social et du vivre ensemble, pour un développement social et culturel durable à la base, en renforçant la protection de la nature, pour un développement social durable à la base au sein des communautés. Quant à l’objectif spécifique, il se décline en plusieurs points : contribuer à l’instauration d’un cadre idéal d’échange d’idées pour mieux assainir le cadre de vie ; contribuer à l’équilibre social par la promotion de la protection de la nature ; contribuer à  la lutte contre la désertification et contribuer à l’épanouissement de la jeunesse par la promotion de toute activité pouvant développer une culture de protection de la nature et d’assainissement, avec comme slogan : « Protéger  l’environnement, c’est sauver des vies ».

Mali Ondes & Rue223 : Est-ce que votre association compte évoluer à l’international ?

Houssinatou Nango : L’association évolue sur le plan national mais bientôt nous comptons évoluer sur le plan international aussi. Nous voulons contribuer et nous allons contribuer vraiment à l’élaboration des textes législatifs au Mali et cela dans le domaine de la protection de l’environnement, parce qu’il reste beaucoup de choses à faire pour bien renforcer les structures concernant la protection de l’environnement dans notre pays.

Mali Ondes & Rue223 : Quels sont vos mécanismes pour faire vivre votre association ? Puisque vous êtes au début de vos actions ?

 Houssinatou Nango : Vous êtes sans ignorer qu’en toute chose, le début est difficile. Mais comme dans toute vie associative, nous fonctionnons avec la cotisation mensuelle des membres qui est fixées à 500 Fcfa. Nous avons, en plus, besoin de l’aide de tout un chacun et ainsi, je crois que l’association va bien vivre et pour longtemps. Pour le moment, je suis en Chine pour mes études mais l’Apem est pilotée par la vice-présidente Hassinatou Nango et le secrétaire général Bernard Togo, ainsi que la trésorière générale Awa Sissoko.

Mali Ondes & Rue223 : Quel est votre message d’encouragement en tant que présidente d’association ?

Houssinatou Nango : Mon message d’encouragement en tant que présidente de l’Apem est d’abord un cri de cœur à la population malienne afin qu’elle prenne les problèmes environnementaux au sérieux parce que tout le monde est responsable et que c’est le rôle de tout un chacun  de prendre soin de l’environnement et de le protéger. Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous, c’est notre appel à tous les décideurs. Qui dit la santé, dit un environnement sain, tout le monde le sait. Si nous prenons la constitution du Mali, dans son article 15, il est écrit ceci : « Toute personne a droit à un environnement sain. La protection, la défense de l’environnement et la promotion de la qualité de la vie sont un devoir pour tous et pour l’Etat. » Les questions que tout le monde doit se poser sont les suivantes : Qui suis-je dans cet univers écosystémique ? Que fais-je dans cette gouvernance environnementale ?

 Daouda Bakary Koné (Mali Ondes)
et Adama Traoré (Rue223.com)