Ce mercredi 02 Août 2017, le Musée national du Mali a abrité le meeting de la Coalition des Alternatives africaines Dette et Développement (CAD), en présence de plusieurs membres de cette organisation de la société civile venus de plusieurs régions du Mali et du District de Bamako.

IMG_20170802_112326
Ph. Adama Traoré/Le présidium

Cette rencontre avait pour but de clarifier la position de la Coalition par rapport au projet de révision constitutionnelle. Devant les nombreux participants, le porte-parole de la délégation de la CAD de Sikasso,  M. Drissa Sanogo, a affirmé :  ’’Nous, membres de la CAD de Sikasso, demandons aux autorités de renoncer au référendum qui ne fait que diviser davantage les citoyens maliens. Nous sommes pour la paix et la réconciliation nationale.’’
La coalition dans sa déclaration, justifie cette position par le déficit de communication de l’État sur le projet de révision constitutionnelle, la faible implication des différents acteurs au processus de révision constitutionnelle, le rejet mutuel des acteurs de la classe politique (majorité et opposition) et la fragilisation de la société civile.
En outre, le coordinateur national de la Coalition alternative africaine dette et développement ( CAD) M. Souleymane Dembelé, il a affirmé que leur combat ‘’n’est autre que l’épanouissement et le bonheur des Maliens de Kayes à Kidal’’ et qu’ils refusent de ‘’prendre part à toutes formes de violations des droits des citoyens sur la gouvernance et le respect de la démocratie.’’ Il a aussi ajouté que la CAD-Mali invite toutes les forces vives de la nation à un dialogue franc et constructif pour un apaisement du climat social au Mali.
Retenons que la Coalition des Alternatives africaines Dette et Développement, conformément à sa vision, s’est engagée dans la consolidation de la paix et la réconciliation pour un Mali apaisé, uni, solidaire et respectueux des droits humains.

                          Adama Traoré