Les années changent mais les alarmes restent les mêmes. Tant au niveau des comportements des populations face aux menaces d’inondations qu’au niveau des jeux risqués des enfants qui trouvent dans les eaux parfois violentes qui coulent dans les caniveaux, des plaisirs malins.
Ainsi, on les voit jubilant et criant de bonheur dans ces piscines d’occasion dont ils semblent ignore le danger mortel.
Les parents des quartiers périphériques doivent redoubler de vigilance en cette période de pluies diluviennes pour ne pas ajouter à leurs souffrances de voir leurs maisons envahies par les eaux, le poids insupportable de deuils qui, eux, peuvent être évités avec un minimum d’autorité sur les enfants. Les risques de noyade ne sont jamais assez loin pour des enfants qui ne prennent pas toujours toute la mesure du drame qu’ils côtoient.
A bon entendeur…

Ousmane KAREMBÉ