A la vitesse où vont les choses dans notre société aujourd’hui, se demander si le monde peut un jour s’humaniser n’a rien de pessimiste. Parce que tout nous échappe et que, dans l’inconfort confortable dans lequel nous installent nos fantasmes que nous prenons pour la réalité, tout nous apparaît comme de joyeuses facilités.
L’effort nous rebute et la tentation des raccourcis est l’oeuvre de la petite voix intérieure qui veut jouir du beurre, de l’argent du beurre, de la fille du crémier et de la couette de ce dernier. Nous sommes des anticipations géantes de robots humanoïdes conçus avec l’esprit de faire reposer l’esprit humain.
Que nous reste-il aujourd’hui de beau, de grand, de bon, de saint ? Rien ! Nous ne sommes plus que des ombres de l’Homme. Nous ne sommes plus rien que des amas de chair et de neurones bouffis par des érosions intellectuelles qui ont transformé notre race en traces de crasse dont Dieu aurait eu honte s’Il n’était pas Dieu ! Mais Il est Dieu et Il nous regarde nous enivrer de cette liberté que nous n’avons jamais cessé de revendiquer.
Et le temps passe. Et nous devenons de plus en plus vilains…

MINGA