2015 est en train de disparaître pour ne nous laisser que des souvenirs. Bons ou mauvais. 2016 pointe le nez ! C’est un autre rendez-vous avec une autre année. Une nouvelle année. Ce nouveau rendez-vous avec l’année 2016 sous le règne du chiffre 9 qui a une grande portée spirituelle et humaniste, je ne peux que le souhaiter heureux et plein de vie pour les uns et les autres.

Mes vœux pour mes parents, mes amis, les amis de mes amis et les amis des amis de mes amis, resteront les mêmes vœux que nous avons toujours formés pour nos proches et même pour nos lointaines connaissances.

Les mêmes vœux de bonne santé dans un monde où chaque jour semble avoir son lot de nouvelles maladies mortelles ou invalidantes ; les mêmes vœux de succès dans un environnement parfois trop hostile où veillent les méchants pour ne pas rater une occasion de nous mettre les bâtons dans les roues ; les mêmes vœux de courage et d’espoir dans un univers de paradoxes où on a souvent l’impression que ce sont ceux qui ont envie de réussir qui échouent, ceux qui ont envie de vivre qui meurent ; les mêmes vœux de longévité dans un contexte de peur généralisée où un certain amour d’un certain dieu fait désormais plus de morts que les accidents de la route, les guerres et les maladies ; les mêmes vœux de paix du cœur parce qu’il n’y a que elle et par la transcendance de toutes les douleurs qui émaillent le corps de la terre que nous pouvons malgré tout entendre la Voix de Dieu en nous nous rappeler à notre devoir d’aimer l’Autre dans sa différence ; les mêmes vœux de joie de vivre parce que, tout compte fait, il existe des jardins de roses avec leur parfum envoûtant et des rossignols qui y chantent de leurs voix envoûtantes des symphonies lyriques pour nous rappeler que, au-delà des douleurs, des souffrances, au-delà de la détresse que déchaîne l’ivresse des barbares, il y a un océan de Beauté et d’Amour dans lequel nous devons plonger pour jouir de la Vie, pour donner envie aux prisonniers de la haine de se joindre à nous pour célébrer le seul vrai Dieu, Celui de l’Amour et de l’Unité.

A ces vœux traditionnels que les réalités de notre triste quotidien rendent banals même quand ils sont pleins de sincérité et chargés de vérité, je voudrais ajouter : Puisse 2016 être pour chacun de nous une Année de Lumière, c’est-à-dire une année de course aux livres, une année de lecture, une année de partage de textes sous quelque forme que ce soit (théâtre, poésie, slam, feuilleton, cinéma et d’autres formes de célébration de l’écriture encore inexistantes mais que cette année devrait aider à voir le jour).

J’aime cette vieille pensée de Sting selon laquelle « nous sommes sur terre pour apprendre, progresser, et seule la recherche de la connaissance peut alléger la douleur d’être un humain ». Cette pensée, je l’ai lue sur un petit morceau d’une page d’Ivoire Dimanche (un magazine hebdomadaire ivoirien qui est mort depuis longtemps) dans lequel une vendeuse d’arachides m’avait servi, quand je revenais de l’école un soir avec mes camarades. C’était en 1976. J’étais au CM2. J’avais gardé ce bout de journal jusqu’à la maison et recopié cette pensée dans mon carnet de notes. Je ne l’ai jamais oubliée et elle m’accompagne toujours partout. La partager avec vous est le meilleur cadeau que je puisse vous faire pour cette nouvelle année. A chacun et chacune de vous, BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2016 !!!
Que du Bonheur chez Vous !

MINGA