La lecture est la fenêtre ouverte sur la Culture...
La lecture est la fenêtre ouverte sur la Culture…

Il est temps de redonner à la lecture sa vraie place dans l’éducation. Il est temps que les enseignants exigent des élèves la lecture d’oeuvres intégrales au programme. Non seulement pour leur permettre d’acquérir des réflexes orthographiques et pour enrichir leur vocabulaire, mais aussi et surtout pour leur faire découvrir d’autres cultures, d’autres us et coutumes, d’autres caractères, d’autres réflexions, bref, d’autres vies. Et il n’y a pas que cela comme avantages de la lecture : elle nous donne d’éveiller notre esprit discursif dans le tunnel des contradictions quotidiennes et d’exercer notre intelligence au contact de la diversité et des différences.
La lecture nous offre aussi l’occasion merveilleuse de voyager sur les ailes de grandes imaginations pour tuer le stress et atténuer les douleurs de la vie. Elle nous fait rêver et nous donne de comprendre que tout rêve peut se réaliser à condition d’y croire !
Personnellement, je suis un produit de la lecture.
Né de parents analphabètes et premier fils tardif d’un homme qui voulait tout faire pour que son fils soit quelqu’un, mon père qui, à force de travailler avec des Blancs avait appris à connaître des lettres et des nombres au point de savoir écrire son nom et les dates, m’achetait des livres à l’aveuglette. Tenez ! Quand j’étais au CE1, mon père m’achetait des livres où il voyait écrit 3ème; au CE2, des livres de 4ème; au CM1 des livres de 5ème… Lui, il comptait le nombre d’années de son fils à l’école, pour acheter les livres qu’il croyait être de son niveau. Et moi, je parcourais avec joie et bonheur ces livres achetés en librairie qui avaient un parfum particulier qui m’extasiait. Je n’y comprenais rien en général mais les images me parlaient…
Il m’achetait aussi, très souvent, des quantités impressionnantes d’oeuvres littéraires dont il ne pouvait que ne rien savoir. Pour lui, certainement, ces « petits livres » devaient être faits pour des petits comme son fils. Voilà comment, en classe de CE2, je me suis retrouvé avec Ruis Blas, Le Malade imaginaire, L’Odyssée, La Condition humaine, Le mur… Je n’y comprenais rien, mais j’avais du plaisir à les feuilleter. J’ai lu au CM1 Les Asiates de Jean Hougron, un pavé de plus de 500 pages, pendant les vacances. Ce fut le vrai début de ce que je peux appeler ma carrière de lecteur. Je retenais par coeur des pages entières de mes livres de lecture et, chaque fois que quelqu’un me demandait ce que j’allais faire plus tard, je disait avec fierté : « Je veux écrire des livres comme Camara Laye. »
Enfant, je vivais avec Marcel Pagnol, Henry Miller, Hemingway, Robert Sheckley, Jules Verne, Hervé Bazin, Albertine Sarrazin, Marguérite Duras, Eza Boto que je croyais différent de Mongo Béti…
Plus grand j’ai fait la connaissance de Jean-Marie Rouart, Rafaël Pividal, Henri Lopes, Kafka, Ahmadou Kourouma, Seydou Badian, Amadou Koné, Jean-Marie Adiaffi, Amine Maalouf… Sans parler de tous les auteurs au programme de la 6ème à la Terminale dont j’ai acheté et lu tous les livres ou presque. Je ne peux dire combien de fois ma mère, me croyant sorti, m’a enfermé dans ma maison pour aller au marché ou au champ, alors que je me trouvais dans ma chambre, en train de lire…
La lecture nous permet souvent de nous retrouver avec nous-même et de nous poser des questions essentielles sur notre vie, notre parcours. Elle nous permet de construire notre personnalité en forgeant notre caractère. Elle nous donne accès à un idéal qui nous guide dans nos choix, dans nos prises de position. Elle nous permet de prendre du recul par rapport à une situation. Elle nous donne la possibilité d’argumenter, de convaincre et de nous positionner en leader d’opinion puis en leader tout court !
La lecture, en un mot comme en mille, c’est la fenêtre qui donne sur la culture.
Je voudrais terminer avec cette belle phrase de Pividal extraite de son très beau roman Pays sages : « La lecture est un rempart contre l’intrusion sociale. » Mais, il ne faut pas nier que la lecture peut être aussi un bel outil d’intégration sociale. Belle journée de savoir à tous les amoureux du livre !!!

MINGA