©Image Internet / Contrôle de température...
©Image Internet / Contrôle de température…

Hier soir, RFI et France 24 ont annoncé un nouveau cas d’Ébola au Mali. Un infirmier ayant été en contact avec un malade venant de Guinée et dont un parent aurait déjà été tué par la maladie à virus Ébola. Ce patient guinéen serait mort « depuis » (???) et l’infirmier serait mort hier. Pour le moment, le gouvernement malien n’a rien dit.

Pourquoi devons-nous toujours apprendre d’abord ces nouvelles des médias étrangers ? Pourquoi ne sommes-nous informés que trop tard ? Depuis quand cet imam guinéen était-il hospitalisé à la Clinique Pasteur ? Avec qui a-t-il fait le voyage de Kourémalé (Guinée) à Bamako ? Et le jeune infirmier ? Depuis quand a-t-il présenté les premiers symptômes de la maladie ? Et ses contacts ? Et les contacts maliens de l’imam ? Que de questions ! Le gouvernement malien préfère certainement le mystère à la panique. On peut le comprendre. Mais il faut éviter que la sous-information qui pousse les populations dans les bras de la rumeur ne provoque une panique plus grande et plus dangereuse pour l’équilibre social… Le gouvernement malien maîtrise-t-il vraiment la situation comme il le dit depuis le premier cas ? Maintenant que le jeune infirmier est le premier cas officiel de contamination sur le sol malien, quelles sont les mesures supplémentaires à prendre ? On doit être informé !

En attendant, précaution, précaution, précaution !!!

MINGA