Loin des boum-bang-bing des bêtes qui brisent tout de leurs balles barbares

Apaise mon coeur, ô douce mélodie de baguettes magiques dont le son me gonfle de bonheur

Prends-moi dans tes airs pour les aires de silence où de ton bruit d’autres coeurs se réjouiront en choeur

Apprends-moi aussi à jouer et à jouir des notes de la justice et de l’équité qui détruisent les germes de la guerre

Illumine, instrument de rêve têtu et de résistance, mon âme et celle de mon voisin, de la Vérité divine

Xylophone, sonne, tonne, donne-moi assez de joie à communiquer, assez d’amour à partager…

MINGA