Quelque part, quelqu’un a besoin de ton regard pour se convaincre qu’il existe; quelqu’un a besoin de ton sourire comme d’un rayon de soleil pour réchauffer son coeur; quelqu’un a besoin de tes mots affectueux pour savoir que tous les mots ne sont pas de haine et de mépris; quelqu’un a besoin du frisson d’extase de la douceur de ta main sur son corps pour savoir qu’une main ne fait pas que frapper et faire jaillir du sang… Oui, quelqu’un a besoin de toi pour voir la vie autrement que par le prisme de la douleur, de la souffrance, de la tristesse, de la solitude.
Voilà pourquoi tu dois souvent libérer ton coeur de pressions inutiles, de soucis vains, de rêves inhumains, pour ouvrir ta porte aux âmes en peine qui demandent un peu de ta chaleur, pour ouvrir ton coeur aux désillusionnés de la vie qui cherchent de la consolation.
Voilà pourquoi, quelle que soit la noblesse de ta pensée, tu dois renoncer à changer l’ordre du monde avant de pouvoir aider ceux qui sollicitent ton soutien. Change plutôt ta philosophie de la vie, si tu veux sauver des vies.
En luttant contre le moulin à vent, non seulement tu perds ton temps, tu perds aussi des vies. Alors, pourquoi ne pas éviter le vent ? En le faisant, tu ne démissionnes pas. Tu fais preuve de réalisme, de pragmatisme…

MINGA