>

Comme c’est merveilleux de travailler dans l’univers vertigineux des images ! Au coeur des photos qui expriment divers degrés de phantasmes d’artistes qui, pour la plupart, n’échappent pas à la fascination du nu féminin. Alors, de plus en plus, je me pose la question de savoir ce qui explique une telle orientation qui semble contenir un soupçon de pathologie. Pourquoi le corps nu de la femme est-il si présent dans les oeuvres photographiques des plus grands chasseurs d’images du monde entier ? Est-ce la matérialisation d’une propension au sexe ou la captivation de la beauté bandante de rondeurs enivrantes ? Est-ce la manifestation d’un voyeurisme contagieux qui brise la glace des pudeurs ou le résultat de l’ivresse devant l’harmonie et la splendeur du paysage d’un corps féminin ? Ces questions aussi excitantes que ces images qui mangent mon regard, je ne sais où leur trouver une réponse. Peut-être de l’autre côté de ce bosquet triangulaire qui dessine une ombre lascive sur la lumière de ce corps majestueux qui recule quand je l’approche…